Historique

Historique

En septembre 1983 un groupe de Rimouskois organise une fin de semaine de cinéma pour les jeunes et rencontre alors deux professionnels qui travaillent sur le projet du film La guerre des tuques soit André Melançon, réalisateur, et Danyèle Patenaude, scénariste. Ceux-ci acceptent d’animer des ateliers cinématographiques offerts en collaboration avec la Commission scolaire La Neigette. Le festival était né : une journée d’atelier pour les jeunes et deux jours de projections de films. Depuis, le CIFR ne cesse de grandir, d’ajouter des cordes à son arc, de nouer des relations avec de nouveaux partenaires, d’évoluer et de se développer au rythme des besoins de sa clientèle.
1985: Année d’ouverture sur le monde et de positionnement sur le plan international. Le festival s’engage à véhiculer des valeurs d’entraide, d’égalité et de fraternité. Il se veut un moyen de contrer la vague de violence présente dans les films commerciaux.
1986: L’Animathon est une nouvelle activité de production de films d’animation présentée dans le cadre du festival. Le Carrousel connaît de plus en plus de succès.
1987: Création du prix CAMÉRIO. Reconnaissance du statut international de l’événement par les organismes gouvernementaux, les maisons de production et de distribution. Des ateliers animés par des professionnels du cinéma sont organisés pendant 4 jours.
La durée du festival est de sept jours.
1988: Le jury du festival prend une dimension internationale. Seize jeunes provenant de la France, de la Belgique, des États-Unis et du Canada unissent leurs efforts pour décerner les Camérios. Une rencontre est organisée pour permettre à des professionnels du milieu du cinéma d’échanger sur le thème du cinéma pour les jeunes.
1989: Un nouveau prix est ajouté à la compétition. Le CAMÉRIO HUMANITAS est décerné au film qui se distingue par la promotion des valeurs humanitaires.
1990: Cinq professionnels du cinéma offrent des ateliers en milieu scolaire pendant quatre journées. La durée du festival atteint dix jours.
1991: Le festival présente deux nouvelles projections thématiques. Ciné-Nostalgie met au programme des films ayant marqué la jeunesse des adultes d’aujourd’hui tandis que l’Œuvre classique fait découvrir un classique du cinéma aux jeunes. Pour la première fois au festival, le prix CIFEJ (Centre international du film pour la jeunesse et l’enfance) est attribué à une production qui se distingue par sa qualité exceptionnelle. La durée du festival est de huit jours.
1992: Le CIFR renforce sa position sur le plan international, auprès du milieu du cinéma et du monde des affaires. Le CIFEJ tient son assemblée générale annuelle à Rimouski dans le cadre du festival. Cent cinquante invités provenant de trente-huit pays y participent.
Création de l’atelier Ciné-Impro qui offre à trois équipes de jeunes l’opportunité de réaliser un court métrage sous la supervision d’un réalisateur professionnel.
1993: Mise sur pied d’un programme spécial pour la clientèle préscolaire. Quatre courts métrages sont présentés aux moins de cinq ans et agrémentés par des activités d’animation. Production d’un premier court métrage dans le cadre de l’activité Ciné-Impro : La maison. Le Carrousel entreprend l’exportation de ses ateliers à l’occasion d’un colloque sur l’éducation cinématographique en milieu scolaire qui se déroule pendant le festival. C’est avec fierté que l’équipe du Carrousel obtient cette année quatre prix lui témoignant l’estime et la reconnaissance d’organismes de la région.
1994: Le Carrousel est de plus en plus connu à travers le monde et des festivals de films étrangers font désormais appel à son expertise pour élaborer leurs activités. Production d’un deuxième court métrage avec Ciné-Impro L’enfant du fleuve. Présentation d’une exposition sur la collection de photos des Contes pour tous en collaboration avec Les productions La Fête et le Musée régional de Rimouski.
1995: Guillaume Lemay-Thivierge, un jeune acteur québécois, devient le premier parrain du festival. L’atelier Ciné-Soleil se déroule durant l’été au camp de vacances Cap-à-l’Orignal, des jeunes de 7 à 12 ans participent pendant une semaine à des ateliers cinématographiques et ils produisent leur propre film. Le Carrousel est invité au Festival de Cannes Junior, en France, pour y représenter le Québec. À cette occasion, le CIFR participe à la sélection des films québécois qui doivent être présentés. Les films réalisés dans le cadre de l’Animathon du Carrousel sont présentés à Tokyo lors de l’assemblée générale de l’Organisation mondiale pour l’éducation préscolaire. Le CIFR participe au CINEC (Comité d’intervention en éducation cinématographique) qui lance un Guide d’activités cinématographiques à l’intention des élèves du secondaire. Les animateurs du Carrousel participent à la 18e Manifestation culturelle de l’Est du Québec qui se déroule sous le thème «Les arts cinématographiques». C’est au mois de novembre qu’a lieu l’activité Ciné-Impro, avec la production du court métrage Le prince du verbe. Ce film sera ensuite télédiffusé par la station CFER-TV.
1996: La marraine du festival est Pauline Martin. Le Cinéma Lido accueille les activités du festival dans ses nouvelles installations. Cinq salles modernes permettent d’offrir des projections de qualité à plus de 10 000 personnes.
1997: Quinzième anniversaire du festival, c’est la grande fête! Le Carrousel prend le virage de l’autoroute de l’information en développant un site Web éducatif sur le cinéma pour les jeunes. Le comédien Yvan Ponton est le parrain du Carrousel.
1998: La 16e édition se poursuit avec le second virage de l’autoroute de l’information. Le site Web, qui est un site éducatif, devient très vite reconnu et il obtient une côte d’excellence. De partout dans le monde, des jeunes et des moins jeunes le visitent. De plus en plus de festivals deviennent des partenaires du Carrousel international du film de Rimouski et la diversité de leurs pays d’origine est remarquable.
1999: Pour sa 17e édition, le Carrousel publie sa trousse pédagogique qui comprend un Guide d’animation en éducation cinématographique : préscolaire et primaire, un Guide d’activités cinématographiques pour les élèves du secondaire, un Vocabulaire du langage cinématographique et télévisuel et la vidéocassette Le Studio. Le festival ajoute à sa programmation des films réalisés par des enfants. Un concours de scénario est lancé. La personne gagnante est en travail de préproduction et un film devrait voir le jour dans la prochaine année.
2000: Pour sa 18e édition, le Carrousel présentait en primeur mondiale française le 18e conte pour tous « Mon petit diable » de la réalisatrice Gopi Desai de l’Inde et produit par Rock Demers des productions « La Fête ». De plus, cette année a été marquée par le premier « Gala des Camérios » nouvelle appellation de la cérémonie de clôture. Ainsi au même titre que les Oscars ou les Césars, les Caméros sont remis lors d’un gala qui se déroule à la fin du festival du Carrousel international du film de Rimouski. Le Carrousel reste haut en couleur avec la présentation de 15 longs métrages, 20 courts métrages venant de 19 pays à travers le monde. De plus, le Carrousel permet aux jeunes créateurs de prendre la place qui leur revient en présentant cette année, 13 courts métrages réalisés par des jeunes ainsi que les 10 films d’animation réalisés lors de la Lanterne magique.
2001: 19e édition du festival. Sous le thème «J’ai la tête au cinéma», le Festival et sa marraine, Fanny Lauzier, présente un total de 50 films : 13 longs métrages, 17 courts métrages, 20 films réalisés par des jeunes. Jérôme Leclerc-Couture préside le jury qui regroupe 18 jeunes provenant de 11 pays.
2002: 20e édition. Une nouvelle directrice générale prend la barre du navire au printemps. Un grand défi pour la nouvelle équipe de souligner dignement le 20e anniversaire du Carrousel. Un vent de renouveau souffle sur le Carrousel : le programme change de look, le lieu de rencontre devient le Café-Zoom Hydro-Québec et les activités se diversifient. Sous le thème« Des centaines de films, des milliers de petits bonheurs» le festival présente 65 films provenant de 17 pays. Le parrain, Vincent Bolduc, et la présidente du jury, Laurence Dauphinais, représente fièrement l’événement. Le jury regroupe 20 jeunes provenant de 8 pays. Au gala d’ouverture, la salle est pleine. Tout Rimouski s’est déplacé pour visionner en grande première La rumeur de l’Ange réalisé à Sainte-Luce en 2001. Un hommage à André Mélançon et une grande fête à l’Hôtel Rimouski pour tous les amis et bâtisseurs du Carrousel clôture le festival.
2003: Une 21e édition dont on se souviendra pour ses innovations : Le CIFR lance une programmation Ciné-ados incluant une nuit du cinéma : La Nuit Blanche, le nombre de films en compétition passe de 20 à 30 avec la création d’une nouvelle catégorie. Des ateliers professionnels ainsi qu’une classe de maître sur le cinéma d’animation sont offerts à la relève cinématographique. Un total de 97 films provenant de 20 pays ont été présentés dans 3 lieux : Cinéma Lido, Paraloeil et Mont-Joli. L’inauguration d’une section Coups de cœur de la francophonie a permis d’offrir une sélection de 3 longs métrages provenant de festival francophones étrangers. Une rétrospective a été consacrée au cinéma d’animation de la Slovaquie. Vincent Bolduc est le porte-parole pour une deuxième année et le jury, composé de 18 jeunes de 9 pays, est présidé par Laurence Dauphinais.
C’est également en 2003 que le Carrousel initie une tournée régionale du mois de février au mois d’avril. Le Carrousel en tournée, prend place dans 7 municipalités de l’Est du Québec. Le lancement du Club des Camérios a également constitué un point fort de cette année.
2004: 22e édition du festival du 19 au 26 septembre. Le CIFR a séduit les participants avec une programmation de 102 films provenant de 23 pays. L’Hommage à Frédéric Back a été très apprécié ainsi que la classe de maître sur l’art du montage. Le CIFR consacre sa première rétrospective à un cinéma jeunesse national à l’Iran. Les porte-paroles sont Katerine-Lune Rollet, marraine et Catherine Brunet, présidente du jury, toutes deux avantageusement connues du public. Du 20 février au 24 avril 2007, la 2e édition du Carrousel en tournée rejoint 5 729 jeunes dans 10 municipalités.
2005: Du 25 septembre au 2 octobre, la 23e édition rend hommage à Rock Demers et souligne le 200e anniversaire de naissance de Andersen, auteur de plusieurs contes pour enfants. La classe de maître sur écran d’épingle avec nul autre que Jacques Drouin et Pierre-Luc Granjon (Folimage) restera également un événement inoubliable. La marraine du Festival est Noémie Yelle et le président du jury, Matthew Harbour, jeune vedette de Daniel et les superdog, préside le jury composé de 20 jeunes. Au programme : 24 longs métrages, 3 documentaires et 50 courts métrages. 2005 marque aussi un grand changement au sein du Conseil d’administration, où Jean-Roch Côté cède sa place à Denis J. Roy à la présidence. La 3e édition du Carrousel en tournée, qui s’est tenue du 10 février au 30 avril, a rejoint 7 540 personnes dans 12 municipalités.
2006: 24e édition du Festival qui se déroule du 24 septembre au 1er octobre avec Marianne Moisan, animatrice de l’émission R-Force à Vrac TV comme marraine. Dix-huit jeunes de 8 pays forment le jury international présidé par Juliette Gosselin. Un colloque sur le cinéma à l’école est organisé ainsi qu’une rétrospective du cinéma jeunesse danois.
Du 28 janvier au 13 mai la 4e édition du Carrousel en tournée rejoint 10 700 jeunes dans 16 municipalités.
2007: Du 23 au 30 septembre, le Carrousel fête la 25e édition de son Festival qui se nomme dorénavant le Festival international de cinéma jeunesse de Rimouski. André Melançon en est le parrain et Laurent Christophe de Ruelle préside le jeune jury international composé de 18 jeunes provenant de 5 pays. Côté activités, le forum « Le cinéma à l’école » se déroule sur une journée, un concktail de retrouvaille permet aux artisans du film Le gros de la classe, réalisé en 1985, de se retrouver et les héros de la superbe émission Kaboum font fureur.
Du 25 janvier au 28 avril, la 5e édition du Carrousel en tournée rejoint 7 778 jeunes dans 16 municipalités. Une toute nouvelle mascotte apparaît, Carrou, cet oiseau fou de cinéma.
Le CIFR propose une première saison de camps d’été de cinéma au Cap-à-l’Orignal.
2008: Frédéric Barbusci parraine la 26e édition qui se déroule du 28 septembre au 5 octobre. Maxime Desjardins-Tremblay préside le jury composé de 22 jeunes de 6 pays. Un total de 116 films est présenté (26 longs métrages, 90 courts métrages. 25 courts métrages réalisés pas des jeunes, 10 films d’animation de la Lanterne Magique et 6 Kino). Le trophée Camério réalisé par l’artiste Louis Gagné est légèrement modifié.
Le Carrousel en tournée sillonne pour une 6e fois les routes du Québec et rejoint plus de 8 000 cinéphiles.
2011: La 29e édition du Festival se déroule du 25 septembre au 2 octobre. Frédéric Barbusci est de retour pour une quatrième édition en tant que parrain.
Le Carrousel lance le concours national de vidéo en ligne Mon mini métrage à moi. Parrainné par le comédien Yan England, le concours récompense 6 jeunes lors du Gala Camério en leur remettant une bourse de 750$.
2013: La 31e édition du Festival se déroule du 22 au 29 septembre sur le thème « Tourné vers le futur ». Une année qui fut, sans conteste, plus sobre considérant une situation financière périlleuse.
2014: La 32e édition du Festival se déroule du 24 au 27 septembre sur le thème « Un nouveau visage » dont la porte-parole officielle était Chloé Robichaud, jeune cinéaste à l’avenir prometteur.
2015: La 33e édition du Festival se déroule du 23 au 27 septembre sur le thème « Par-delà les océans  », rappelant la découverte et les voyages que les films nous permettent de faire. Le porte parole de l’événement était Jean-Carl Boucher et le président du jury Louis-Philippe Beauchamps.